Rencontre MGD #02


la 2éme rencontre MGD s’est déroulé le 6 octobre 2012, cette fois entre Paris, Nîmes et Casablanca (Merci Google Hangout), a débuté par une présentation de l’actualité du groupe pendant les derniers 15 jours, en commençant par la nouvelle règle pour éviter les spams publicitaire, et qui stipule : Toute publicité commerciale doit être communiquée d’abord aux administrateurs avant de la poster dans le groupe, et ce pour éviter les spams inutiles.

Ensuite, on a discuté sur la compétition de  Bosh Art dont l’objectif est de s’inspirer des œuvres du peintre hollandais Jheronimus Bosch pour créer un jeu original, on espère que nos développeurs y participeront.

http://rhizome.org/announce/opportunities/58890/view/

 

Un Mmo RPG Arabo-Berbère !

Pour les présentations des projets, Alaa-eddine qui habite Paris à d’abord pris la parole pour présenter son projet « Do’Yazan » un mmo RPG indie inspiré de la culture arabo-berbère qui regorge de contes et récits imaginaires pouvant inspirer le monde du jeu.  Et qui cible la population marocaine, et pourquoi pas tout le moyen orient.

 

 

Le gameplay est toujours en phase de réflexion ou on a discuté sur de nombreuses idées, et il en est ressorti que de manière générale qu’il ne faut pas trop sortir du classique des MMORPG tout en gardant une touche d’originalité avec la spécificité Arabe/Marocaine du jeu. Et surtout de bien se concentrer sur le core design pour éviter toute mauvaise surprise pendant les itérations.

Techniquement Le jeu est développé en html5 coté client et nodejs coté serveur, il est de ce fait multiplateformes et cible dès sa sortie tous les navigateurs récents

À ce jour le moteur du jeu implémente la gestion des cartes isométriques et le multi-joueurs. La gestion des NPC est également en place mais il reste les intelligences artificielles à coder. Le développement se concentre actuellement sur le système de gestion des quêtes et des combats. Une fois ces deux systèmes en place, des prototypes pourront être publiés pour permettre à la communauté de tester et donner ses avis concernant le gamedesign et l’orientation que devrait prendre tel ou tel aspect du jeu.

 

Ce genre de projet demande beaucoup d’efforts et les ressources sont plus que nécessaires, à savoir que le projet est tenu seulement par deux personnes, Alaa-eddine sur le côté technique et sa femme sur les aspects graphiques du jeu. Une réflexion sera mené avec une équipe de bénévoles qui pourront chacun apporter au projet ce qu’ils savent faire de mieux, et j’incite surtout sur la partie Game design qui est plus que nécessaire mais centrale dans le projet, certes c’est une tâche délicate mais jamais impossible quant on a la détermination.

Côté business, Alaa estime qu’il faut attendre d’abord un premier succès avant de chercher une source de financement,  et plusieurs idées ont été évoquées à ce propos pendant la rencontre telles que le système du Crowdfunding, Kickstarter ou bien de proposer à un éditeur de jeu vidéo ainsi que d’autres.

Bref, après 3 heurs de discussion, il y avait tant à dire sur ce projet très ambitieux dont on souhaite le bon courage et la détermination à l’équipe.

Pour suivre l’actualité du projet :

Site officiel du projet : http://ezelia.com/

Facebook : https://www.facebook.com/Ezelia.games 

 

Pixel4ever

La Moustache league pour rappel composé de Tariq Beaumhouss (Game designer, Programmeur) réinstallé à Nîmes et Yassir Kerbal (Artiste et sound designer) étaient aussi présent mais pas de grande progression côté développement, a part une participation de Yassir au Festival d’animation Casanim, en exposant ses œuvres qui rappellent les graphismes en pixel art des jeux vidéo Retro et surtout la bonne vielle Gameboy, ce style qui fut le résultat des contraintes techniques et qui est devenu tout un style artistique grâce à la patte graphique d’un artiste joueur.


 

 

Moqatilo shawari’î 2

Mohcine Alias megamanz nous expose ses traductions de jeux vidéo: Street fighter 2 et Zelda Minish Cap traduit littéralement en Arabe: Moqatilo shawari’i et Zelda.

Téléchargé le jeu:  http://adf.ly/3gqDr

 

 

Indie Doctor!

Omar Guendeli étudiant en médecine et Développeur passionné, présenta d’abord son shmups qu’il a réalisé avec un plugin 2d Toolkit pour Unity, celui-ci  permet de créer des jeux tendances retro 8bit en gérant les Sprites, Sprites Animées, Spritesheets, Tilemaps et les traites en simple gameobjects,

Puis ensuite et par surprise il nous montre « Brightness… » Un de ses projets (in progress) développé secrètement sur Game Maker …. Le jeu est un puzzle game qui progresse en 28 levels, l’objectif du gameplay est d’atteindre la sortie en utilisant les bords de l’écran pour traverser vers l’autre côté. Graphiquement, il emprunte certains sprites d’autres jeux pour montrer l’intention d’une ambiance assez proche entre un Limbo et un Fez. Certains aspects du jeu sont encore à corriger telles que les feedbacks des ennemis, mais globalement, le jeu est fun et suit une courbe d’apprentissage évolutive avec une difficulté progressive.

 

 

 

“DIY” Do it yourself!

Salah Malouli profite pour présenter la 2éme édition du Open Taqafa qu’il
organise pour la semaine du 15 au 21 octobre 2012, le but de cette évènement est de lancer le débat sur l’importance de garantir le libre accès à la culture et à l’information en profitant des expériences des différents acteurs culturels qui œuvrent dans l’approche des pro Commons et de l’open source et de créer un réseau en partant des opportunités qu’offre internet pour réaliser des actions concrètes sur le terrain. On y assistera pour faire une présentation sur le Crowdfunding dans le jeu video (Yassine Arif), l’open source en tant que business plan (Mohamed Rahmo) et en tant que logiciel utilisé pour développer des jeux vidéo sur Android  (Osama Husein).

http://www.opentaqafa.cc/



En conclusion de cette 2éme rencontre, la communauté a encore besoin d’être dynamisé, que  les teneurs de projets soient encouragés et de s’exprimer dans la scène locale ou dans le monde. Pour avancer, Il faut se mettre en tête que  dans l’état actuel, il n y a pas de financement, il n y a pas de ressources mais cela ne doit pas nous laisser mains basse, toute chose à ses débuts, DIY (Do it yourself) comme le disait Salah Malouli, et ou la collaboration est un élément clé pour qu’on puisse tous atteindre notre objectif, et  dont le succès est relatif à l’intérêt commun.

Remerciement au Boultek et à Salah Malouli pour nous avoir permis de se réunir dans leur locaux.

 

Article écrit par Yassine Arif